Passons désormais au bilan de mes six mois passés en Amérique du Sud. Etant bien incapable de pouvoir résumer en quelques lignes la richesse de l’expérience que je viens de vivre, je ne vous livrerai donc que quelques éléments et impressions…

Mon itinéraire réel tout d’abord, puisque celui-ci fût, surtout sur la fin, légèrement différent de mes prévisions. Je suis en effet restée plus longtemps que prévu en Bolivie, par coup de cœur, au Pérou, par coup dur, moins longtemps en Equateur et ai finalement terminé mon périple en Colombie plutôt qu’au Brésil et en Guyane repartant de Bogota, plutôt que de Cayenne.

Ci-dessous la carte de mon parcours avec l’indication de mes points de passage.

carte_parcours

Et puis quelques chiffres…

Au total…ce sont près de 23 000 kms parcourus via près de 450 heures de bus effectuées et quelques heures en avion ! 6 pays traversés et environ 65 villes ou lieux visités. 22 rencontres associatives dans le cadre de mon projet et des centaines de personnes rencontrées sur la route…

Ce que j’ai aimé pendant ces six mois d’aventure : mes rencontres avec Alejandro, Vilma, Marco, Claudia, Nilza, Laurent, Maria, Walter, Eric, Sebastian, Jose Luis, Percy, Luis et sa famille, William…et tous les autres membres d’associations qui m’ont accordé du temps pour me parler d’eux et de leurs actions, mes rencontres avec Magali, Javier et Marillia, David, Gaetan, Maria, Jorge, Joselio, Walter, Nico, Tom et Alex, Shigeo, John, Maik, Tom et Flo, Aymeric, Marie, Renaud, Nico, Nadia, Valérie, Vincent, Nico, Ghislain, Blaise et tous les autres routards croisés sur la route, dont certains sont devenus de vrais amis et occupent aujourd’hui une place dans ma vie, les visites de mes ami(e)s Vesna, Géraldine, Biniam et Nathalie au long du chemin, la chaleur humaine de tous ces habitants d’Amérique latine, l’ « Abrazo » argentin, la bonne humeur communicative et la philosophie de vie des colombiens, le caractère un peu brut des boliviens, les heures passées dans les bus à lire, écrire, observer ou juste rêvasser, ma découverte du tango argentin, le chocolat de Bariloche, les grandes étendues désolées et l’atmosphère d’un autre temps de Patagonie, mes treks et randos en solitaire au milieu de paysages à couper le souffle, voir un iceberg se décrocher du Perito Moreno, observer pingouins de Magellan, lions et éléphants de mer, dauphins, albatros, orques, tatous, singes, serpents et autres animaux dans leur milieu naturel, avoir la sensation d’atteindre le bout du monde à Ushuaia, l’univers mystérieux de l’île de Chiloé, la sensation d’avoir dépassé ses limites, l’arrivée épuisée mais fière en haut du volcan Villarica, la découverte du peuple Mapuche, la maison de Pablo Neruda à Valparaiso, passer une nuit sous les étoiles du désert d’Atacama, observer Saturne au télescope, la beauté rude et sauvage de l’altiplano bolivien, le lever du soleil sur le Salar d’Uyuni, mes journées passées avec l’équipe de la Fondation Pueblo dans la communauté de Llallagua, la ville de Sucre, les métiers inventés en Bolivie, au Pérou, en Equateur ou en Colombie pour s’en sortir (pèse-personne dans la rue, cabine téléphonique humaine, vendeur ambulant dans les bus etc…), les vins argentins et chiliens, le Curanto et les crustacés au Chili, les pancakes de Bolivie, découvrir et manger des fruits que je ne connaissais pas sur les marchés, les jus de fruits, le Pisco sour, le Ceviche et plus globalement la cuisine peruvienne, les marchés de Bolivie, du Pérou et d’Equateur, manger un repas complet pour 1,50 euros en Bolivie, les eaux calmes et froides du lac Titicaca, la sérénité de l’Isla del Sol, fêter mes 32 ans en Bolivie, danser toute la nuit en mâchant de la coca et buvant des alcools bizarres pour le passage du solstice d’hiver, manger du cœur de bœuf à 4h du matin, le marché aux sorcières de La Paz, l’arrivée aux aurores sur le Machu Picchu, dominer une mer de nuages, les bains dans les sources d’eau chaude du Pérou, passer une nuit au fond du canyon le plus profond du monde,  la salsa de Cali, l’ambiance de Medellin, passer une nuit de pleine lune à la belle étoile sur l’île de Playa Blanca, la découverte d’un coin de paradis au nord de la Colombie, le sentiment de liberté qui ne m’a quasiment pas quitté de ces six mois…

Ce que j’ai moins aimé : la pluie, le vent glacial, la neige et le froid de Patagonie, les douches glaciales des auberges du sud du Chili, les trajets de bus de plus de 20 heures (là je crois que c’est ma limite), avoir failli être abandonnée à 2 heures du matin au milieu de nulle part en Bolivie par un chauffeur de bus, me faire voler toutes mes affaires dans un bus au Pérou, les checks-points militaires au sein des bus et les fouilles à l’aéroport en Colombie, me faire asperger de sauce vinaigrette dans le métro de Buenos Aires, mes quelques épisodes de turista, les passages aux frontières parfois compliqués entre chaque pays, la montée éprouvante du volcan Villarica, ma nuit barricadée dans ma chambre dans un hôtel rempli de travailleurs des mines à Copiapo dans le nord du Chili, le mal de tête monstrueux ressenti lors de ma première nuit au dessus de 4000 mètres, la nuit à moins 10 degrés sur le Salar d’Uyuni, la nécessaire mais impressionnante visite des mines de Potosi, les moustiques, le manque d’intimité et d’hygiène parfois dans les auberges de jeunesse et petits hôtels pas chers, passer six mois avec des chaussures de marche trop petites, le côté un peu trop touristique et parfois artificiel du Pérou, manger du Cuy ou Cochon d’Inde pour les non initiés, les films pourris diffusés dans les bus, dormir dans un hamac…ça fait mal au dos…

En deux mots…une EXPERIENCE UNIQUE que je ne suis pas prête d’oublier.

Un grand merci à toutes les personnes que j’ai pu rencontrer sur place : Fernando Galera et Vilma Vega, Laurent Gimenez, Gonzalo Strano, Manuela Zalazar, Alejandro Carlos Giardino, Maria Cristina Ruiz, Walter Herrera Medina, Marco A.Garcia Leon, Silvana Buholzer R, Adriana Guajardo, Susana Ortiz Geoffroy, Pedro Apala, Sandro Saravia, Javier Huarachi, Eric Nadeau, Sebastian Andenmatten, Gunther Schulz-Heiss, Claudia Ossio, Marcos Castellon, Joseluis Chong P, Percy Gomez Merino, Luis Delgado et sa famille, William Wadoux, Cristina Terry Lobo, Veronica Quitiguina, Juan Martinez.

Et merci à tous ceux qui m’ont suivi et m’ont envoyé des p’tits messages régulièrement.