CIMG9126

A Quito, je rencontrai Juan Martinez, fondateur de l'ONG Sinchi Sacha.

Apres un parcours professionnel dans differents domaines, Juan Martinez a cree la Fondation Sinchi Sacha il y a 18 ans.
Son objectif d'alors et qu'il partage toujours aujourd'hui : defendre et conserver le patrimoine equatorien, a la fois sur le plan culturel et sur le plan naturel.
Dans ce cadre, cette organisation  de commerce equitable travaille essentiellement autour de l'art et l'artisanat des peuples indigenes d'Equateur : pour sa preservation et sa conservation, sa promotion et enfin sa commercialisation.
La Fondation travaille sur l'ensemble du territoire, avec les differentes communautes d'Amazonie, de la Sierra (la partie andine de l'Equateur) ou de la cote.

Pour sa preservation et sa conservation, la Fondation travaille avec les differentes communautes, pour assurer la conservation et survie de leur savoir-faire, developpe egalement des cours et des formations pour accompagner les communautes dans des processus de reappropriation de savoir-faire perdus ou d'innovation en matiere de methodes artisanales ou de dessins des produits textiles ou ceramiques.

Pour sa promotion, Juan a notammant cree a Quito, le Musee ethno-historique d'artisanat de l'Equateur Mindalae, dans le but de faire connaitre les traditions artisanales du pays.
Se voulant une proposition alternative de gestion du patrimoine artisanal, le musee que j'ai eu l'occasion de visiter, offre une lecture multiple, montrant a la fois les ressources naturelles et materielles de production, les techniques employees et enfin le contenu symbolique des objets realises et leur conception esthetique comme manifestation artistique.
Souhaitant creer un musee vivant et ouvert, Juan a egalement developpe d'autres activites attenantes : espace de recherche et de debat autour de la production artisanale, salle de classe virtuelle et information au public, evenements divers...

Enfin, pour sa commercialisation, la Fondation a developpe le concept de boutique-musee ou les produits realises par les communautes indigenes sont non seulement vendus mais egalement exposes.
Dans ce cadre, la Fondation participe egalement a de nombreux salons de commerce equitable partout dans le monde, fait partie de differents reseaux de commerce juste et equitable, et aimerait, dans le futur, s'allier a des reseaux etrangers et ouvrir des boutiques en Europe, aux Etats-Unis, en Chine.
Le projet est egalement d'aider les communautes indigenes a ouvrir leur propres magasins, comme c'est deja le cas en Amazonie.

Cote financement, la Fondation est completement autonome concernant le musee qui vit en total auto-financement grace aux recettes des activites annexes : entrees, boutique, restaurant.
Pour le reste, et notamment ses projets de conservation du patrimoine, de recuperation et de rehabilitation de savoir-faire artisanal en disparition, la Fondation est soutenue par differents organismes, dont l'Union Europeenne ou d'autres fonds issus de la cooperation.

A cote de cette activite tournee vers la preservation de l'artisanat equatorien, la fondation entend egalement participer a la defense du milieu naturel equatorien...a travers la conservation de la foret et la reforestation...la Fondation a ainsi un terrain de 100 ha en Amazonie devolu a la reforestation et a la conservation de la flore equatorienne; ou encore le tourisme communautaire dans la region du Napo en lien avec les commaunautes Kichwas.